Présentation du site Des Nouvelles du Front...

Pourquoi des nouvelles du front ? C'est déjà une vieille histoire, cinq années anarchiques au cours desquelles un blog aura bien voulu accueillir amicalement des essais d'écriture (comme autant d'essais d'ouverture) consacrés aux films regardés selon une logique qui voudrait conjuguer, au risque assumé de l'autodidaxie sauvage, l'exigence et le plaisir (celui du texte placé sous l'exigeante condition du désir d'excéder par l'analyse l'impressionnisme critique dominant le traitement des films sur Internet).

 

 

 

C'est désormais, depuis la constitution d'un site présentement autonome et spécifique, la persévérance dans le refus de ne pas céder au désir d'affirmer la permanence d'une triple question de littérarité, de temporalité et de conflictualité.

 

 

 

Écrire sur le cinéma (essentiellement, mais pas seulement), c'est d'abord apprendre à écrire en désir d'un lecteur inconnu à qui il s'agirait de s'adresser malgré tout, depuis la nébuleuse électronique et bruyante des réseaux hypertextuels. C'est ensuite pousser la notion médiatique de l'actualité au-delà de sa réflexologie habituelle, les œuvres d'aujourd'hui étant considérées avec le même œil que celles d'hier, les césures de l'hier et de l'aujourd'hui finissant par s'articuler au nom d'une temporalité sans hiérarchie et qui n'appartient qu'au contemporain, résolument. C'est enfin considérer que l'écriture analytique et critique consacrée entre autres aux formes cinématographiques s'inscrit à l'intérieur d'un régime de conflictualité concernant tout le champ social, en particulier la production des visibilités et la manière dont elles caractérisent les lignes du front partageant le sensible.

 

 

 

Avec la conjonction de l'esthétique et de la politique, se pose donc l'affirmation d'une nécessité de tenter de penser les images à l'endroit même (le cinéma) où elles seraient paradoxalement, à la fois les plus faibles peut-être (en termes de rapports de force faisant l'actuel capitalisme en son versant culturel et médiatique) et peut-être aussi les plus fortes (en promesses de sensibilité, de pensée et d'émancipation).

 

 

 

Et il n'y aurait là rien de moins politique dès lors que l'on refuse de cantonner, ainsi qu'y travaille par ailleurs la doxa, les choses (cinématographiques) de la sensibilité et de l'esprit dans les marges de luttes qui, où qu'elles se produisent, ne le font que depuis l'esprit et la sensibilité de ses acteurs et de ses actrices.

 

 


Donc, des nouvelles du front, comme autant de prises de positions. Parce que la guerre des esprits, des visibilités et des sensibilités ne cesse tous les jours d'avoir lieu en requérant chacune et chacun, à leur corps défendant, d'occuper une place qui, si elle n'est pas systématiquement souhaitée, peut être également objet de déplacement et de réappropriation. Des nouvelles du front cinématographique principalement, mais pas seulement. C'est aussi une constellation hétérogène de notes de lectures d'ouvrages appartenant aux champs de la sociologie et de l'histoire, de la littérature et de l'économie ainsi que des interventions critiques rapportées aux symptômes idéologiques (quand ils trahissent les mouvements de l'hégémonie) ou politiques (quand ils traduisent une résistance face à cette dernière).

 

 

 

Et même, pourquoi pas, quelques essais de montage en guise de travaux pratiques.

 

 

 

Des nouvelles du front donc, en forme de réponse modeste et ambitieuse de quelques puissances subjectives acharnées à ne pas être subsumées sous la coupe des pouvoirs existants, avec leur lot de supports techniques, technologiques (et même présentement télé-technologiques). Des singularités quelconques et persévérantes composant un agencement collectif d'énonciation afin de tramer des processus de subjectivation soucieux de ne pas être en reste ou mis en demeure par les forces d'assujettissement qui s'ingénient à les contrarier à chaque instant.

 

 

 

Il va s'en dire, enfin, que les textes disponibles ici, soumis aux repentirs d'une écriture interminable, sont libres de citation dès lors que leurs auteur-e-s et le présent site duquel ils auront été cités soient nommément respectés par les commanditaires de ces bandits de grand chemin surgissant brusquement afin de dépouiller le lecteur de ses ultimes convictions, ainsi que l'écrivait Walter Benjamin dans Sens unique.

 

 

 

Le 8 décembre 2014

 

 

 

nota bene : Des Nouvelles du Front est un site dont la politique est celle de l'amateur. Nous partageons avec nos lectrices et nos lecteurs nos analyses tout en gardant à l'esprit le respect des droits d'auteur. Nous utilisons ainsi pour chaque article des images non pas dans un but d'exploitation commerciale mais toujours dans le souci de la libre pensée que les œuvres auront ici suscitées.

 

 

 

Nous nous engageons donc à retirer immédiatement les illustrations dont nous ne possédons par les droits sur la demande expresse des ayants-droits. N'hésitez pas à nous contacter à la page suivante : contact.

Derniers articles publiés en ligne

  • Des nouvelles du front cinématographique

 

Nouvelles 293 : La Zerda et les chants de l'oubli d'Assia Djebar (le cinéma, la fantasia)

 

Nouvelles 292 : L'en-pire de Bruno Dumont

 

Nouvelles 291 : Moullet en dix longs - un cyclotron

 

Nouvelles 290 : L'effet phi de l'amphigouri (le cinéma de Yorgos Lanthimos)

 

Nouvelles 289 : Aux aguets pour passer le gué (la guerre des deux ans de Jocelyne Saab)

  • Autres textes de cinéma

 

The Hitcher de Robert Harmon : Enchaînés, tamponnés

 

Les Nuits d'été de Christophe Clavert : L'alchimie et l'amitié

 

Lettre errante de Nurith Aviv : L'air du divers

 

Eurêka de Lisandro Alonso : Marabout de souffle

 

May December de Todd Haynes : Le cocon des imagos contrariées

  • Bons (et mauvais) plans

 

North By Northwest d'Alfred Hitchcock : Fondus et enchaînés (une énigme de sphinx)

 

Barbie de Greta Gerwig : Le rose est une couleur froide

 

De nos jours... de Hong Sang-soo : Le chat tout gras et le vieux qui boit

 

Au-delà du réel de Ken Russell : Big Bang électronique

 

A pas aveugles de Christophe Cognet : On n'y voit mais

  • La séquence du spectateur

 

Chasse à l'homme de Fritz Lang : L'épine et le fossé

 

Ferrari de Michael Mann : L'ange de l'enfer

 

Rotting in the Sun de Sebastian Silva : Le désespoir gay

 

Sogni d'oro de Nanni Moretti : Pendez-moi à l'ego, haut et court

 

La Horde sauvage de Sam Peckinpah : D'un grand rire barbare, de toutes ses dents

  • Champ-contrechamp

 

Dormir en Corée (Walk Up de Hong Sang-soo et Sleep de Jason Yu)

 

Là où commence l'éternité

(L'Aventure de madame Muir de Joseph Mankiewicz et Le Salon de musique de Satyajit Ray)

 

L'exception et faire sécession (Knock at the Cabin de M. Night Shyamalan et La Montagne de Thomas Salvador)

 

Les Anges du péché de Robert Bresson (pour Simone Weil) :

Le hasard, seul, fait bien les choses

 

Le lion et l'ogresse

(petites notes mythologiques sur Abou Leïla d'Amin Sidi-Boumédiène et 143 rue du désert de Hassen Ferhani)

  • Des nouvelles du front social et du reste

 

Accueillir de Marie José Mondzain : Phraternellement

 

Les Généreux d'Abdelkader Alloula : Les immortels de l'Algérie nouvelle

 

Garder le silence, contre tout malentendu (Camus, le cinéma et The Leftovers)

 

Éden, Éden, Éden de Pierre Guyotat : Chants de mal et d'horreur

 

Rosebud. De Citizen Kane au porno gonzo de Guillaume Richard : Des deux côtés de la rose

  • Textes Rayon Vert

 

Le Nom de la rose de Jean-Jacques Annaud : Le mammouth et le rasoir

 

La Salle des profs d'Ilker Çatak : La vertu au pilori

 

Dune - Deuxième partie de Denis Villeneuve : Trois déserts font une pyramide

 

Daaaaaali ! de Quentin Dupieux : Steak trop cuit

 

Zone of Interest de Jonathan Glazer : La petite maison dans la prairie aux bouleaux

  • Textes Éclipses

 

John Carpenter (numéro 71, décembre 2022)

 

Paul Thomas Anderson (numéro 70, juillet 2022)

 

Claude Chabrol (numéro 69, décembre 2021)

 

Bong Joon-ho (numéro 68, juin 2021)
Agnès Varda (numéro 66, juin 2020)
  • Programmations musicales

 

n°99

Les années

 

2021

 

2020

 

2010-2019

 

2019

 

2018


Commentaires: 0