Présentation du site Des Nouvelles du Front...

Pourquoi des nouvelles du front ? C'est déjà une vieille histoire, cinq années anarchiques au cours desquelles un blog aura bien voulu accueillir amicalement des essais d'écriture (comme autant d'essais d'ouverture) consacrés aux films regardés selon une logique qui voudrait conjuguer, au risque assumé de l'autodidaxie sauvage, l'exigence et le plaisir (celui du texte placé sous l'exigeante condition du désir d'excéder par l'analyse l'impressionnisme critique dominant le traitement des films sur Internet). C'est désormais, depuis la constitution d'un site présentement autonome et spécifique, la persévérance dans le refus de ne pas céder au désir d'affirmer la permanence d'une triple question de littérarité, de temporalité et de conflictualité.

 

 

 

Écrire sur le cinéma (essentiellement, mais pas seulement), c'est d'abord apprendre à écrire en désir d'un lecteur inconnu à qui il s'agirait de s'adresser malgré tout, depuis la nébuleuse électronique et bruyante des réseaux hypertextuels. C'est ensuite pousser la notion médiatique de l'actualité au-delà de sa réflexologie habituelle, les œuvres d'aujourd'hui étant considérées avec le même œil que celles d'hier, les césures de l'hier et de l'aujourd'hui finissant par s'articuler au nom d'une temporalité sans hiérarchie et qui n'appartient qu'au contemporain, résolument. C'est enfin considérer que l'écriture analytique et critique consacrée entre autres aux formes cinématographiques s'inscrit à l'intérieur d'un régime de conflictualité concernant tout le champ social, en particulier la production des visibilités et la manière dont elles caractérisent les lignes du front partageant le sensible. Avec la conjonction de l'esthétique et de la politique, se pose donc l'affirmation d'une nécessité de tenter de penser les images à l'endroit même (le cinéma) où elles seraient paradoxalement, à la fois les plus faibles peut-être (en termes de rapports de force faisant l'actuel capitalisme en son versant culturel et médiatique) et peut-être aussi les plus fortes (en promesses de sensibilité, de pensée et d'émancipation).

 

 

 

Et il n'y aurait là rien de moins politique dès lors que l'on refuse de cantonner, ainsi qu'y travaille par ailleurs la doxa, les choses (cinématographiques) de la sensibilité et de l'esprit dans les marges de luttes qui, où qu'elles se produisent, ne le font que depuis l'esprit et la sensibilité de ses acteurs et de ses actrices.

 

 


Donc, des nouvelles du front, comme autant de prises de positions. Parce que la guerre des esprits, des visibilités et des sensibilités ne cesse tous les jours d'avoir lieu en requérant chacune et chacun, à leur corps défendant, d'occuper une place qui, si elle n'est pas systématiquement souhaitée, peut être également objet de déplacement et de réappropriation. Des nouvelles du front cinématographique principalement, mais pas seulement. C'est aussi une constellation hétérogène de notes de lectures d'ouvrages appartenant aux champs de la sociologie et de l'histoire, de la littérature et de l'économie ainsi que des interventions critiques rapportées aux symptômes idéologiques (quand ils trahissent les mouvements de l'hégémonie) ou politiques (quand ils traduisent une résistance face à cette dernière). Et même, pourquoi pas, quelques essais de montage en guise de travaux pratiques.

 

 

 

Des nouvelles du front donc, en forme de réponse modeste et ambitieuse de quelques puissances subjectives acharnées à ne pas être subsumées sous la coupe des pouvoirs existants, avec leur lot de supports techniques, technologiques (et même présentement télé-technologiques). Des singularités quelconques et persévérantes composant un agencement collectif d'énonciation afin de tramer des processus de subjectivation soucieux de ne pas être en reste ou mis en demeure par les forces d'assujettissement qui s'ingénient à les contrarier à chaque instant.

 

 

 

Il va s'en dire, enfin, que les textes disponibles ici, soumis aux repentirs d'une écriture interminable, sont libres de citation dès lors que leurs auteur-e-s et le présent site duquel ils auront été cités soient nommément respectés par les commanditaires de ces bandits de grand chemin surgissant brusquement afin de dépouiller le lecteur de ses ultimes convictions, ainsi que l'écrivait Walter Benjamin dans Sens unique.

 

 

 

Le 8 décembre 2014

 

 

 

nota bene : Des Nouvelles du Front est un site dont la politique est celle de l'amateur. Nous partageons avec nos lectrices et nos lecteurs nos analyses tout en gardant à l'esprit le respect des droits d'auteur. Nous utilisons ainsi pour chaque article des images non pas dans un but d'exploitation commerciale mais toujours dans le souci de la libre pensée que les œuvres auront ici suscitées.

 

 

 

Nous nous engageons donc à retirer immédiatement les illustrations dont nous ne possédons par les droits sur la demande expresse des ayants-droits. N'hésitez pas à nous contacter à la page suivante : contact.

Derniers articles publiés en ligne

  • Nos amitiés

 

Pour Sama, une lettre de Manuela Morgaine
Leninsky Prospekt, un film de Christophe Clavert

 

Déflagration 1, fragment d'un récit de Sihem Sidaoui

 

Un (cri)me exemplaire, un film de Nicolas Leclere

 

Au diable, Ting-Ting ?, un texte de Guillaume Richard

 

En attendant, à Bruxelles, le goudron craque on dirait, une photo de Ian Menoyot

 

De l'autre côté d'une lettre, un texte de David Fonseca
Scénario d'un film à venir, texte et photo Nicolas Klotz, Élisabeth Perceval, Heiner Müller
  • Des nouvelles du front cinématographique

 

Nouvelles 245 et 246 : Printemps documentaire, mai 2020 - mai 2021

 

Nouvelles 244 : Suppléments taïwanais (Taipei Story d'Edward Yang et HHH d'Olivier Assayas)

 

Nouvelles 242 et 243 : Cinq souvenirs plus un de la jeunesse de Hou Hsiao-hsien

 

Nouvelles 240 et 241 : Le pot aux roses de l'adulescence (Mandico et Gonzalez, Poggi et Vinel)

 

Nouvelles 238 et 239 : Youssef Chahine, cordialement (I et II)

  • Autres textes de cinéma

 

Nawna (Je ne sais pas...) de Nazim Djemaï : Qu'il en faille des images

 

Un sens fou du tact (le cinéma de Nazim Djemaï)

 

Mandibules de Quentin Dupieux : Fly-tox

 

Drunk de Thomas Vinterberg : L'ange fait la gueule (de bois)

 

Toute révolution est un coup de dés de Straub et Huillet : Cryptogramme de la révolution

  • Champ-contrechamp

 

Clore avec Kitano et se voir par lui ouvrir les yeux

(Furyo de Nagisa Ôshima et Battle Royale de Kinji Fukasaku)

 

Scènes anglaises de l'obscène

(Frenzy d'Alfred Hitchcock et L'Étrangleur de Rillington Place de Richard Fleischer)

 

Mythologie du profiler et du serial killer

(à propos de deux adaptations de Thomas Harris :

Manhunter de Michael Mann et Le Silence des agneaux de Jonathan Demme)

 

Mexicamerica (I, II, III)

 

Kafka contre Kafka (I, II et III)

  • Les reflux du flux

 

avril 2021

 

mai 2021

  • Des nouvelles du front social et du reste

 

Le Silence de Don DeLillo : La boîte noire

 

A la merveille (Échapper à l'horreur selon Frédéric Neyrat)

 

A quoi pense Bartleby ? (le scribe et les philosophes)

 

Trois scènes de la catastrophe (Botho Strauss et Howard Barker)

 

Petites notes sur Athéna, la pensée et le désir (de penser)

  • Textes Rayon Vert

 

Annette de Leos Carax : Mauvais chant

 

Benedetta de Paul Verhoeven : Entre cloaque et comète

 

The Wicker Man - Le Dieu d'osier de Robin Hardy : Les derniers feux de l'été

 

Ruines sentimentales : L'Amour à la mer, Au pan coupé, Le Clair de Terre de Guy Gilles

 

Quand une femme monte l'escalier de Mikio Naruse : Trois montées des marches

  • Textes Éclipses

 

Bong Joon-jo (numéro 68, juin 2021)
Agnès Varda (numéro 66, juin 2020)
Miloš Forman (numéro 64, juin 2019)
Abbas Kiarostami (numéro 62, juin 2018)
M Night Shyamalan (numéro 61, décembre 2017)
  • Programmations musicales

 

n°81

 

n°80 + Mélodies Kitano + Hou Hsiao-hsien

  • Les années

 

2020

 

2010-2019

 

2019

 

2018

 

2017


Commentaires: 1
  • #1

    Djemaa (mardi, 10 décembre 2019 16:27)

    Bravo et bonne continuation