Présentation du site Des Nouvelles du Front...

Pourquoi des nouvelles du front ? C'est déjà une vieille histoire, cinq années anarchiques au cours desquelles un blog aura bien voulu accueillir amicalement des essais d'écriture (comme autant d'essais d'ouverture) consacrés aux films regardés selon une logique qui voudrait conjuguer, au risque assumé de l'autodidaxie sauvage, l'exigence et le plaisir (celui du texte placé sous l'exigeante condition du désir d'excéder par l'analyse l'impressionnisme critique dominant le traitement des films sur Internet). C'est désormais, depuis la constitution d'un site présentement autonome et spécifique, la persévérance dans le refus de ne pas céder au désir d'affirmer la permanence d'une triple question de littérarité, de temporalité et de conflictualité.

 

 

Écrire sur le cinéma (essentiellement, mais pas seulement), c'est d'abord apprendre à écrire en désir d'un lecteur inconnu à qui il s'agirait de s'adresser malgré tout, depuis la nébuleuse électronique et bruyante des réseaux hypertextuels. C'est ensuite pousser la notion médiatique de l'actualité au-delà de sa réflexologie habituelle, les œuvres d'aujourd'hui étant considérées avec le même œil que celles d'hier, les césures de l'hier et de l'aujourd'hui finissant par s'articuler au nom d'une temporalité sans hiérarchie et qui n'appartient qu'au contemporain, résolument. C'est enfin considérer que l'écriture analytique et critique consacrée entre autres aux formes cinématographiques s'inscrit à l'intérieur d'un régime de conflictualité concernant tout le champ social, en particulier la production des visibilités et la manière dont elles caractérisent les lignes du front partageant le sensible. Avec la conjonction de l'esthétique et de la politique, se pose donc l'affirmation d'une nécessité de tenter de penser les images à l'endroit même (le cinéma) où elles seraient paradoxalement, à la fois les plus faibles peut-être (en termes de rapports de force faisant l'actuel capitalisme en son versant culturel et médiatique) et peut-être aussi les plus fortes (en promesses de sensibilité, de pensée et d'émancipation).

 

 

Et il n'y aurait là rien de moins politique dès lors que l'on refuse de cantonner, ainsi qu'y travaille par ailleurs la doxa, les choses (cinématographiques) de la sensibilité et de l'esprit dans les marges de luttes qui, où qu'elles se produisent, ne le font que depuis l'esprit et la sensibilité de ses acteurs et de ses actrices.

 


Donc, des nouvelles du front, comme autant de prises de positions. Parce que la guerre des esprits, des visibilités et des sensibilités ne cesse tous les jours d'avoir lieu en requérant chacune et chacun, à leur corps défendant, d'occuper une place qui, si elle n'est pas systématiquement souhaitée, peut être également objet de déplacement et de réappropriation. Des nouvelles du front cinématographique principalement, mais pas seulement. C'est aussi une constellation hétérogène de notes de lectures d'ouvrages appartenant aux champs de la sociologie et de l'histoire, de la littérature et de l'économie ainsi que des interventions critiques rapportées aux symptômes idéologiques (quand ils trahissent les mouvements de l'hégémonie) ou politiques (quand ils traduisent une résistance face à cette dernière). Et même, pourquoi pas, quelques essais de montage en guise de travaux pratiques.

 

 

Des nouvelles du front donc, en forme de réponse modeste et ambitieuse de quelques puissances subjectives acharnées à ne pas être subsumées sous la coupe des pouvoirs existants, avec leur lot de supports techniques, technologiques (et même présentement télé-technologiques). Des singularités quelconques et persévérantes composant un agencement collectif d'énonciation afin de tramer des processus de subjectivation soucieux de ne pas être en reste ou mis en demeure par les forces d'assujettissement qui s'ingénient à les contrarier à chaque instant.

 

 

Il va s'en dire, enfin, que les textes disponibles ici, soumis aux repentirs d'une écriture interminable, sont libres de citation dès lors que leurs auteur-e-s et le présent site duquel ils auront été cités soient nommément respectés par les commanditaires de ces bandits de grand chemin surgissant brusquement afin de dépouiller, ainsi que l'écrivait Walter Benjamin dans Sens unique, le lecteur de ses convictions.

 

 

Le 8 décembre 2014

 

 

nota bene : Des Nouvelles du Front est un site dont la politique est celle de l'amateur. Nous partageons avec nos lecteur-rice-s nos analyses tout en gardant à l'esprit le respect des droits d'auteur. Nous utilisons ainsi pour chaque article des images non pas dans un but d'exploitation commerciale mais toujours dans le souci de la libre pensée que les œuvres auront ici suscitées.

 

 

Nous nous engageons donc à retirer immédiatement les illustrations dont nous ne possédons par les droits sur la demande expresse des ayants-droits. N'hésitez pas à nous contacter à la page suivante : contact.

Derniers articles publiés en ligne

  • Nouvelles du front cinématographique

 

Nouvelles 200, 201 et 202 : Entrevues Belfort 2019, l'art d'aimer et le temps de le vivre

 

Nouvelles 199 : Après la mort du cinéma militant (quand il n'y en a plus, il y en a encore)

 

Nouvelles 198 : L'exil cosmique de Patricio Guzmán

 

Nouvelles 197 : Pietro Marcello et ses secrets de Polichinelle

 

Nouvelles 196 : Jeanne versus Jeanne (Bruno Dumont et ses Jeanne)

 

 

  • Autres textes de cinéma

 

Le Miracle du Saint Inconnu d'Alaa Eddine Aljem : L'autre place en or

 

Talking About Trees de Suhaib Gasmelbari : La bande des quatre

 

La chanson, le tube et son extubation cinématographique

 

Les Misérables de Ladj Ly : La déraison que chacun ait ses raisons

 

Fictions de l'inimitié post-coloniale : César de Mohamed Megdoul et Terminal Sud de Rabah Ameur-Zaïmeche

 

 

  • Champ contre-champ

 

Mindhunter, l'horreur de plus près (saison 2)

 

Mindhunter, l'horreur de plus près (saison 1)

 

Ari Aster, roitelet couronné (Hérédité et Midsommar)

 

Les guerres colombiennes (Les Oiseaux de passage et Los Silencios)

 

La disparition de la disparition et le deuil malgré tout (Avengers d'Anthony & Joe Russo)

 

 

  • Montage notre beau souci

 

D'une panthère noire, l'autre

 

Hugo, La République, l'Empire

 

Low Life et Nosferatu

 

 

  • Des bons plans

 

Erased Spencer Filming, David Lynch, 1977

 

Où est la maison de mon ami ? d'Abbas Kiarostami : en toute amitié, une fleur de paradis

 

Le chien des gardiens (Nostalghia, Lost - Les Disparus + Iron Horse - Le Cheval de fer)

 

Jean-Claude Brisseau, le géant, Éros, l'ange

 

Predator, devenir animal-minoritaire-imperceptible

   

 

  • La séquence du spectateur

 

Jean Douchet, la chair sans la chaire

 

La sorcière Kim Novak (L'Adorable voisine de Richard Quine)

 

Little Odessa de James Gray, le double lieu du crime

 

Couper à cœur (l'art impur de Marcel Pagnol)

 

Quand Charlot apparut (Kid Auto Races at Venice, 1914)

 

 

  • Chinoiseries du moment

 

Une scène détestée dans un film aimé

 

Une scène aimée dans un film qui l'est peu

 

Un moment érotique

 

Les plus belles paroles d'amour

 

Une scène à frissonner

 

 

  • Des nouvelles du front social et du reste

 

Antisémitisme, antisionisme, judéophobie, tous synonymes ?

 

Liberté, égalité, colère

 

Aux meilleurs amis (ô David Berman, ô Daniel Johnston)

 

Walter Benjamin, avertisseur d'incendie (une lecture de Michael Löwy)

 

Frédéric Lordon, la condition anarchique et la passion démocratique

 

 

 

 

Antisémitisme, antisionisme, judéophobie, tous synonymes ?

 

Amal de Mohamed Siam : La mutante

 

La machine antisémite : comment la faire bégayer (avant d'en enrayer le moteur)

 

Seconde jeunesse, l'immortelle ! Moi et toi de Bernardo Bertolucci

 

Un regard critique sur Un peuple et son roi, un film qui parle de révolution mais oublie d'être révolutionnaire

 

 

 

Les Enfants du temps de Makoto Shinkai : Une île en plus pour l'archipel oublié

 

La Vérité de Hirokazu Kore-eda : Mort sur ordonnance par redondance

 

The Lighthouse de Robert Eggers : Larmes de gland

 

Épiphanies 2019 : Les silences nécessaires (les films parlants qui le sont vraiment)

 

Seules les bêtes de Dominik Moll : Si loin cyber s'y perd

 

 

  • Programmations musicales

 

n°63

 

n°62

 

n°61

 

n°60 + Ô David Berman, Ô Daniel Johnston

 

n°59

 

 

  • Films de l'année

 

2010-2019

 

2019

 

2018

 

2017

 

2016


Commentaires: 1
  • #1

    Djemaa (mardi, 10 décembre 2019 16:27)

    Bravo et bonne continuation

Des Nouvelles du Front

(mardi, 10 décembre 2019 23:07)

Merci pour vos encouragements !

Commentaires: 0