Présentation du site Des Nouvelles du Front...

Pourquoi des nouvelles du front ? C'est déjà une vieille histoire, cinq années anarchiques au cours desquelles un blog aura bien voulu accueillir amicalement des essais d'écriture (comme autant d'essais d'ouverture) consacrés aux films regardés selon une logique qui voudrait conjuguer, au risque assumé de l'autodidaxie sauvage, l'exigence et le plaisir (celui du texte placé sous l'exigeante condition du désir d'excéder par l'analyse l'impressionnisme critique dominant le traitement des films sur Internet). C'est désormais, depuis la constitution d'un site présentement autonome et spécifique, la persévérance dans le refus de ne pas céder au désir d'affirmer la permanence d'une triple question de littérarité, de temporalité et de conflictualité.

 

 

 

Écrire sur le cinéma (essentiellement, mais pas seulement), c'est d'abord apprendre à écrire en désir d'un lecteur inconnu à qui il s'agirait de s'adresser malgré tout, depuis la nébuleuse électronique et bruyante des réseaux hypertextuels. C'est ensuite pousser la notion médiatique de l'actualité au-delà de sa réflexologie habituelle, les œuvres d'aujourd'hui étant considérées avec le même œil que celles d'hier, les césures de l'hier et de l'aujourd'hui finissant par s'articuler au nom d'une temporalité sans hiérarchie et qui n'appartient qu'au contemporain, résolument. C'est enfin considérer que l'écriture analytique et critique consacrée entre autres aux formes cinématographiques s'inscrit à l'intérieur d'un régime de conflictualité concernant tout le champ social, en particulier la production des visibilités et la manière dont elles caractérisent les lignes du front partageant le sensible. Avec la conjonction de l'esthétique et de la politique, se pose donc l'affirmation d'une nécessité de tenter de penser les images à l'endroit même (le cinéma) où elles seraient paradoxalement, à la fois les plus faibles peut-être (en termes de rapports de force faisant l'actuel capitalisme en son versant culturel et médiatique) et peut-être aussi les plus fortes (en promesses de sensibilité, de pensée et d'émancipation).

 

 

 

Et il n'y aurait là rien de moins politique dès lors que l'on refuse de cantonner, ainsi qu'y travaille par ailleurs la doxa, les choses (cinématographiques) de la sensibilité et de l'esprit dans les marges de luttes qui, où qu'elles se produisent, ne le font que depuis l'esprit et la sensibilité de ses acteurs et de ses actrices.

 

 


Donc, des nouvelles du front, comme autant de prises de positions. Parce que la guerre des esprits, des visibilités et des sensibilités ne cesse tous les jours d'avoir lieu en requérant chacune et chacun, à leur corps défendant, d'occuper une place qui, si elle n'est pas systématiquement souhaitée, peut être également objet de déplacement et de réappropriation. Des nouvelles du front cinématographique principalement, mais pas seulement. C'est aussi une constellation hétérogène de notes de lectures d'ouvrages appartenant aux champs de la sociologie et de l'histoire, de la littérature et de l'économie ainsi que des interventions critiques rapportées aux symptômes idéologiques (quand ils trahissent les mouvements de l'hégémonie) ou politiques (quand ils traduisent une résistance face à cette dernière). Et même, pourquoi pas, quelques essais de montage en guise de travaux pratiques.

 

 

 

Des nouvelles du front donc, en forme de réponse modeste et ambitieuse de quelques puissances subjectives acharnées à ne pas être subsumées sous la coupe des pouvoirs existants, avec leur lot de supports techniques, technologiques (et même présentement télé-technologiques). Des singularités quelconques et persévérantes composant un agencement collectif d'énonciation afin de tramer des processus de subjectivation soucieux de ne pas être en reste ou mis en demeure par les forces d'assujettissement qui s'ingénient à les contrarier à chaque instant.

 

 

 

Il va s'en dire, enfin, que les textes disponibles ici, soumis aux repentirs d'une écriture interminable, sont libres de citation dès lors que leurs auteur-e-s et le présent site duquel ils auront été cités soient nommément respectés par les commanditaires de ces bandits de grand chemin surgissant brusquement afin de dépouiller le lecteur de ses ultimes convictions, ainsi que l'écrivait Walter Benjamin dans Sens unique.

 

 

 

Le 8 décembre 2014

 

 

 

nota bene : Des Nouvelles du Front est un site dont la politique est celle de l'amateur. Nous partageons avec nos lectrices et nos lecteurs nos analyses tout en gardant à l'esprit le respect des droits d'auteur. Nous utilisons ainsi pour chaque article des images non pas dans un but d'exploitation commerciale mais toujours dans le souci de la libre pensée que les œuvres auront ici suscitées.

 

 

 

Nous nous engageons donc à retirer immédiatement les illustrations dont nous ne possédons par les droits sur la demande expresse des ayants-droits. N'hésitez pas à nous contacter à la page suivante : contact.

Derniers articles publiés en ligne

  • Des nouvelles du front cinématographique

 

Nouvelles 267 : Dix films de Straub et Huillet, notes lacunaires, îlots et éboulis

 

Nouvelles 265 et 266 : Damien Chazelle, les fessées du prodige

 

Nouvelles 264 : Machorka-Muff et Nicht versöhnt de Straub et Huillet : Une jeunesse allemande

 

Nouvelles 263 : Gianfranco Rosi, le gardien de ses forteresses

 

Nouvelles 262 : Ce qui attente à nos vies et que le cinéma n'atteint pas

(Revoir Paris d'Alice Winocour et Nos frangins de Rachid Bouchareb)

  • Autres textes de cinéma

 

Earwig de Lucile Hadzihalilovic : Cristal bâché

 

La parole aux hiéroglyphes : le cinéma de Mani Kaul

 

Ashkal de Youssef Chebbi : Film de feu, poème de cendres

 

Rewind And Play d'Alain Gomis : Le dieu noir et le diable blond, vraiment ?

 

Les Lois de l'hospitalité de Buster Keaton et John Blystone : Le nez aquilin de la modernité

  • Bons (et mauvais) plans

 

Laura d'Otto Preminger : Laura l'unique, l'aura duplice

 

Venez voir de Jonás Trueba : L'éden de peu

 

De Humani Corporis Fabrica de Paravel et Castaing-Taylor : Le flair pour l'inventaire intérieur

 

La Joyeuse prison d'Ernst Lubitsch : Lubitsch Touch, touches lubriques

 

L'Âme sœur - Höhenfeuer de Fredi M. Murer : L'edelweiss est une étoile mystérieuse

  • La séquence du spectateur

 

Sherlock Junior de Buster Keaton : Le génie transcendantal et son moteur

 

Le Lieutenant souriant d'Ernst Lubitsch : Manières policées, façons de polissons

 

STRAUB ! I-NE-VI-TA-BLE-MENT

 

Ordet de Carl Theodor Dreyer : Un filet de bave pour l'éternité

 

Feu follet de João Pedro Rodrigues : Pétard mouillé

  • Champ-contrechamp

 

Là où commence l'éternité

(L'Aventure de madame Muir de Joseph Mankiewicz et Le Salon de musique de Satyajit Ray)

 

L'exception et faire sécession (Knock at the Cabin de M. Night Shyamalan et La Montagne de Thomas Salvador)

 

Les Anges du péché de Robert Bresson (pour Simone Weil) :

Le hasard, seul, fait bien les choses

 

Le lion et l'ogresse

(petites notes mythologiques sur Abou Leïla d'Amin Sidi-Boumédiène et 143 rue du désert de Hassen Ferhani)

 

Allez coucher ailleurs de Howard Hawks et Certains l'aiment chaud de Billy Wilder

(Il est plus facile pour un homme d'être une femme que pour une femme d'être elle-même)

  • Des nouvelles du front social et du reste

 

2023, on ne battra pas en retraite

 

Pinocchio de Giorgio Agamben : Notre enfance, un mystère

 

L'Ange Noir de l'Histoire de Frédéric Neyrat : Nègre est zéro, Noir est infini

 

Saint Genet, comédien et martyr de Jean-Paul Sartre : Qui est Genet ?

 

Julee Cruise est passée, l'ange est elle

  • Textes Rayon Vert

 

Fièvre palestinienne de Maha Haj : Palestine, le don de la mort par procuration

 

Tár de Todd Field : Magistère amer

 

Babylon de Damien Chazelle : « Smack My Bitch Up »

 

Antigone de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet : Divine, intouchable

 

La Mort d'Empédocle de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet :  « Vous avez soif depuis très longtemps d'inhabituel »

  • Textes Éclipses

 

John Carpenter (numéro 71, décembre 2022)

 

Paul Thomas Anderson (numéro 70, juillet 2022)

 

Claude Chabrol (numéro 69, décembre 2021)

 

Bong Joon-ho (numéro 68, juin 2021)
Agnès Varda (numéro 66, juin 2020)
  • Programmations musicales

 

n°97

Les années

 

2021

 

2020

 

2010-2019

 

2019

 

2018


Commentaires: 0